Chute du Kampuchéa démocratique et années suivantes, « seuls quelques milliers de Cambodgiens ont pu mourir à la suite d'erreurs dans l'application de notre politique consistant à donner l'abondance au peuple », « Si nous les avions laissés vivre, la ligne du parti aurait été détournée. Le président sourit en posant cette question, d’un sourire malsain, déplacé. Le Kampuchéa démocratique ne compte officiellement pas de prisons. Anciens dirigeants militaires et politiques du Cambodge, chefs d'entreprise, journalistes, étudiants, médecins, avocats. Les rapports sexuels hors mariage sont également strictement interdits[40]. Par défaut d’attention ? Fondé sur la politique de l'ultra-maoïsme et influencé par la révolution culturelle, les Khmers rouges ont également lancé le « Maha Lout Ploh », copiant le « Grand bond en avant » de la Chine qui a causé des dizaines de millions de morts dans la « Grande famine en Chine »[2],[8],[9]. Je suis peiné et aimerait me le procurer à nouveau comment dois je faire? Plus de trente ans après les faits, un tribunal juge enfin Duch, ancien bourreau khmer rouge de S-21, l'un des principaux centres de détention et de torture. On Monday, former prisoner Keo Chandara told the Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC) — a tribunal created to investigate the atrocities committed by the Khmer Rouge — … Une nouvelle fois, cette journée d’audience laissait plus de questions que de réponses dans l’esprit du public. Il n'existe pas de consensus sur le nombre total de victimes ; toutefois, les 1,7 million de morts (soit 21 % de la population cambodgienne de l'époque) évalués par le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale semblent de nos jours le chiffre le plus crédible. Il y a la vraie CIA et la CIA que le PCK percevait comme étant telle. Les Chams, ethnie musulmane dite « Khmers islam », font l'objet d'un traitement particulier de la part de Pol Pot, qui les considère comme privilégiés. Khmers rouges tortures. Entre deux séances de torture (7h-11h ; 13h-17h ; 19h-23h) il est ramené dans sa cellule du rez-de-chaussée numérotée 22. La torture, les exécutions sommaires, la famine deviennent le lot quotidien des sept millions de Cambodgiens. Chum Mey a survécu parce qu’il était le réparateur de machines à coudre dont S21 avait besoin. Est-ce que les techniciens peuvent nous donner une image des pieds de la partie civile ? Ils ont tordu l’ongle avec la pince et comme l’ongle ne venait, ils ont tiré. Le cortège des évacués progresse vers le sud sous un soleil de plomb, dans des conditions désastreuses. Toutefois, l’auteur faisait preuve d’optimisme et pensait que le mouvement se réformerait de lui-même, la population risquant de ne pas accepter longtemps les privations dont elle était victime[17]. Toutefois, le rapport demeura confidentiel pour ne pas heurter la susceptibilité des Cambodgiens qui auraient pu y voir une ingérence américaine dans leurs affaires[18]. »). Capturé en 1999, Ta Mok est mort en prison en 2006 avant de pouvoir être jugé. La langue chinoise est interdite, de même que toutes les coutumes communautaires chinoises[54]. ». Seuls des ouvrages utilisés à la rédaction de cet article sont répertoriés ci-dessous. Quand l’Angkar annonce qu’elle cherche des mécaniciens, il se porte candidat, il est recruté et part pour Phnom Penh. – Vous voulez dire que l’ongle tout entier a été arraché ou seulement une partie de l’ongle ? – Les ongles ont été arrachés aux deux pieds ? Le 7 janvier 1979, le régime khmer rouge a finalement pris fin lorsque les troupes vietnamiennes, soutenues par des militants khmers rouges en défection, ont envahi le pays, après une série de violents affrontements frontaliers. Il a reçu le soutien de TPO, une organisation qui propose un soutien psychiatrique et psychologique. Les déportés, dont l'effort nécessaire n'a fait l'objet d'aucune évaluation, sont mis au travail dans des conditions désastreuses, marquées par une sous-alimentation chronique. Nous en sommes au stade du procès. De 1975 à 1977, il répare ces machines en voyant ses chefs remplacés à tour de rôle, jusqu’au jour où il reçoit avec deux autres compagnons instruction d’aller réparer des véhicules pour l’Angkar. Pendant de longues années, une difficulté demeure pour classer les massacres commis par les Khmers rouges dans les quatre types de génocides (s'appliquant aux groupes nationaux, ethniques, raciaux ou religieux) reconnus par l'ONU. Victimes du génocide des Khmers Rouges. Les explications réitérées patiemment par le témoin-partie civile étaient-elles si peu claires ? Dans les derniers mois du régime Khmer rouge, au moment du conflit contre le Viêt Nam, les Vietnamiens sont systématiquement exterminés en tant que tels. Le mouvement Khmer rouge, plus exactement le Parti communiste du Kampuchéa, est un mouvement politico-militaire communiste radical dinspiration maoïste qui dirige le Cambodge de 1975 à 1979 et dont la figure emblématique est Pol Pot. Je rentre du Cambodge et je suis allé visiter la prison ou était Mr CHUM MEY un vrai boulversement pour moi. Il poursuit sa guérilla, semant la terreur dans certaines régions et continuant de s'en prendre aux Vietnamiens de souche[65]. Monsieur Chum Mey remettez-vous s’il vous plaît. Il est possible d'être condamné à mort pour avoir giflé son fils. C'est le début de la guérilla marxiste menée par les Khmers rouges. Les seuls citoyens de « plein droit » se trouvent dans le « peuple de base », les habitants des zones tenues depuis plusieurs années par les Khmers rouges[38]. Ensuite, leur situation empire nettement. En arrivant au Cambodge, j’ai eu du mal à réaliser que chaque habitant de quarante ans et plus était un témoin, un survivant d’un des génocides les plus récents et meurtriers de la planète. Pol Pot et les Khmers rouges étaient soutenus depuis longtemps par le Parti communiste chinois (PCC) et Mao Zedong lui-même[2],[3],[4]. – Vos jambes étaient déjà entravées alors si je comprends bien ils ont pris une pince et vous ont arraché les ongles de pied. Jean-Louis Margolin, qui souligne la distinction entre les minorités se trouvant surtout en milieu urbain (Chinois, Vietnamiens) et celles des zones rurales (Chams, Khmers Loeu), estime que les premiers n'ont pas été forcément persécutés en tant que tels, du moins pas avant 1977[53]. Les Cambodgiens perdent toute liberté de déplacement, sont privés de toute possibilité de commerce et de toute médecine digne de ce nom. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les crimes du régime khmer rouge couvrent l'ensemble des meurtres, massacres, exécutions et persécutions ethniques, religieuses ou politiques commis par ce mouvement communiste radical, lorsqu’il contrôla le Cambodge de 1975 à 1979. […] Mais comme je donnais toujours la même réponse que je ne connaissais pas la CIA et le KGB, ils ont pris des pinces pour arracher mes ongles de pied. SALLE DE TORTURE. – Oui l’ongle a repoussé mais il est déformé. À ces morts, il convient de rajouter environ un demi-million de Cambodgiens qui choisissent l’exil à l’étranger et l’ensemble des survivants qui en garderont des séquelles tant physiques que psychologiques[64]. Une estimation haute porte le nombre de victimes à 2 200 000 morts[63], sur une population d'environ 7 890 000 habitants à l'époque. La dénonciation de la « clique génocidaire Pol Pot-Ieng Sary » est l'un des thèmes principaux, sinon l'unique fondement politique, de la propagande du régime de la République populaire du Kampuchéa, mis en place par le Viêt Nam. Même quand on élève des cochons on leur donne à manger. Pouvez-vous commenter plus en détail ? Selon Sorya, les jeunes soldats khmers rouges ont ainsi subi de nombreuses formes d’abus : kidnapping, entrainement militaire brutal, manque de nourriture et de repos, isolation sociale presque totale, état régulier de maladie, quasi-emprisonnement, institutionnalisation de la torture et du meurtre,… Led by Pol Pot, who died in 1998, the Khmer Rouge emptied Cambodia's cities in a bid to forge a communist utopia. – Est-ce que cela a été fait lors d’une séance de torture ou lors de plusieurs séances ? It was used to refer to a succession of communist parties in Cambodia which evolved into the Communist Party of Kampuchea and later the Party of Democratic Kampuchea. Des professions sont davantage visées que d'autres : la quasi-totalité des photographes de presse cambodgiens disparaît sous le régime du Kampuchéa démocratique[37]. Dans le documentaire Ennemis du peuple, réalisé par le Cambodgien Thet Sambath et le Britannique Rob Lemkin, l'ancien « Frère n° 2 » mentionne l'élimination de « criminels » impossibles à « rééduquer », commentant : « Si nous les avions laissés vivre, la ligne du parti aurait été détournée. Cette appellation a notamment été retenue lors du procès organisé en 1979 par les Vietnamiens et leurs alliés de la République populaire du Kampuchéa, après la chute du Kampuchéa démocratique : Pol Pot et Ieng Sary ont alors été condamnés à mort par contumace[73]. Le traitement infligé aux Chams, les arrestations des chefs de village, amènent une partie des Khmers rouges musulmans à se révolter entre 1973 et 1975. Néanmoins, dès la réunion du 20 mai 1975 qui suit la chute de Phnom Penh, Pol Pot prévoit la sécularisation forcée de tous les bonzes et leur mise au travail dans les rizières[48]. Entre 10 000[29] et 20 000[30] personnes trouvent la mort au cours de l'évacuation de Phnom Penh. Au début de l'année 1975, le « Centre » — expression désignant l'organe de direction des Khmers rouges, soit le Parti communiste du Kampuchéa, dit également Angkar អង្ការ (« Organisation ») — décide lors d'une réunion d'évacuer la population de Phnom Penh, une fois qu'elle aurait été prise. Martine Jacquin, avocate du groupe 3 des parties civiles, s’intéresse à la peur : « Avez-vous eu l’impression que les gardiens avaient peur ou étaient terrorisés ? Dans différents secteurs, les pratiques religieuses des Chams sont interdites, leurs villages dispersés, et les repas communautaires imposés dans le but apparent de niveler et de faire disparaître leur culture. Le centre de détention le plus connu est la prison de Tuol Sleng, connu sous le nom de code S-21. Leurs noms : Seng, Thit et Hor (ce-dernier ne faisait que frapper et insulter : « Fils de pute ! » Deux fois ils pratiquent cette torture, deux fois Chum Mey perd connaissance. Le 1er avril 1977, une directive du Centre marque un tournant et ordonne aux autorités locales d'arrêter tous les Vietnamiens de souche et de les livrer à la sécurité d'État. Par exemple Chum Mey déclare au juge Jean-Marc Lavergne qu’un détenu lui a chuchoté que les camions emmenaient les prisonniers pour être exécutés à Choeung Ek. Chum Mey n’a pas vu Duch torturer puisqu’il ne l’a jamais vu en 1978. Le témoignage de Chum Mey, significatif sur la torture, s’avère plus limité concernant Duch, les relations avec les gardes de S21 et les relations entre les détenus. Les premiers témoignages sont rapidement diffusés, mais ne retiennent pas l'attention de l'opinion publique. Je n’ai pu que m’allonger sur le dos en attendant d’être tué. Moi je ne recevais qu’une cuiller de soupe très claire. Dans l'après-midi, l'ordre d'évacuation de la capitale commence à être mis à exécution : les soldats passent de maison en maison et annoncent aux habitants qu'ils vont devoir quitter leurs maisons « pour deux ou trois jours seulement », afin d'échapper à un prochain bombardement de la ville par les États-Unis[25]. La ligne de conduite des autorités khmères rouges est celle d'une déshumanisation totale, d'une négation de la valeur de la vie humaine. PROSECUTORS have given harrowing details of the torture and execution of thousands of Cambodians as they laid their case against the Khmer Rouge regime's prison chief. L'irrigation, indispensable à l'effort de production de riz, est largement défectueuse, une grande partie des canaux et barrages ayant été construits en dépit du bon sens, sous les ordres de cadres Khmers rouges sans formation d'ingénieur. Certains auteurs ont proposé le terme de politicide, arguant que dans la définition initiale du génocide donnée par Raphael Lemkin, les victimes sont clairement identifiable dès le départ de par leur appartenance à un groupe ethnique, religieux ou autre alors que dans le cas des massacres à vocation politique, ce groupe varie au gré des évènements, pouvant débuter par n’inclure que les dirigeants de l’opposition, s’étendre par la suite à tous ceux soupçonnés d’avoir collaboré avec eux puis englober même des partisans des tortionnaires accusés de tiédeur ou de déviance[75]. Le président l’autorise à poser deux questions à Duch. Cependant il reste enchaîné et enfermé la nuit, il n’a aucun droit de circuler librement. Il réunit sa famille et plie bagage, direction Prek Pnœu. « On m’a dit de dire la vérité. Duch, hautain depuis le début de l’audience avec ce témoin pour qui il n’a visiblement pas d’estime, lui répond comme à un mauvais élève : « Monsieur Mey, j’aimerais préciser que comme vous assistez depuis longtemps aux débats, vous devez savoir que la CIA fait référence à toute personne de la partie adverse. », Les larmes du bourreau n’effacent pas la mémoire des victimes, En fin d’audience, Kar Savuth, avocat de la défense, rappelle à Chum Mey ses paroles envers l’accusé lors de la reconstitution de février 2008, après que Duch ait lu, bouleversé, la voix brisée, ses excuses aux victimes. En décembre 2009, Ieng Sary, Nuon Chea et Khieu Samphân ont été officiellement mis en examen pour génocide par les deux co-juges d'instruction des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens. Tout l'effort est centré sur la production de riz, les autres cultures passant au second plan : la population se voit fixer un quota de trois tonnes de paddy de riz à l'hectare, ce qui représente un triplement par rapport à 1970. – Monsieur le président, les coups de canne c’était tous les jours. Durant quatre ans, les Khmers rouges, dont le chef principal était Pol Pot, dirigèrent un régime connu sous le nom officiel de Kampuchéa démocratique, qui soumit la population à une dictature d'une rare violence et dont la politique causa au minimum plusieurs centaines de milliers de morts. Les officiers supérieurs de l'ancienne armée de Lon Nol et de la police cambodgienne sont amenés à sortir des rangs, emmenés dans les rizières et exécutés[28]. Son père l’enterre, il en a aujourd’hui encore la gorge serrée. Philip Short, biographe de Pol Pot, estime pour sa part que le terme de génocide a été surtout utilisé par facilité du fait de l'ampleur et de l'horreur des massacres commis : pour lui, les Khmers rouges sont « innocents » du crime de génocide, leurs actes relevant de la définition du crime contre l'humanité[77]. Ici la cour de récréation encerclée par les bâtiments scolaires. Il écrivait que les citadins n’étaient qu… Arrêtés en 2007, Khieu Samphân, Nuon Chea, Ieng Sary et Ieng Thirith ont été inculpés pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Mais le récit tourne vite au cauchemar. Alors que l'interminable procès des Khmers rouges suit son cours, des rescapés de ce régime sanguinaire ont témoigné du calvaire qu'ils ont vécu. Jusqu'en 1976, la fonction rééducative semble avoir été relativement prise au sérieux, et 20 à 30 % des détenus finissent par être libérés. Un réparateur envoyé à S21. » Le public composé d’étudiants rit en l’entendant raconter son désarroi de détenu ne sachant pas en quels termes s’adresser à ses geôliers. », « Cela fait de nombreuses années que j’attends d’entendre ces mots de la bouche de Duch. Nuon Chea est le seul ancien dirigeant khmer rouge à avoir publiquement évoqué les massacres du régime. Tout d’abord, Ith Sarin, un inspecteur d’académie qui venait de passer neuf mois dans les maquis publiait en 1973 un livre traduit en anglais sous le titre « Regrets for the Khmer Soul » dont de nombreux extraits furent publiés par la suite dans le Washington Post et qui décrivait la collectivisation dans les zones dites libérées. La qualification de génocide est ainsi reconnue pour la première fois par la justice internationale pour qualifier une partie des crimes des Khmers rouges[81],[82],[83]. Et est-ce que l’ongle est parti ? Marcel Lemonde, juge d'instruction au sein des Chambres extraordinaires, estime alors qu'en raison des délais pris par la procédure, il risque de ne jamais y avoir de jugement sur la qualification de génocide[80]. La cathédrale de Phnom Penh est, avec la Banque nationale du Cambodge, le seul édifice à être totalement rasé par les Khmers rouges[51]. Dans les territoires « libérés » par les Khmers rouges apparaissent des « centres de rééducation » où sont enfermés, au départ, les soldats de l'armée de la République khmère, mais également leurs familles, enfants inclus, ainsi que des moines bouddhistes, et des voyageurs « suspects ». Si des Chams font initialement partie des Khmers rouges, formant même une faction autonome dans la Zone Est, leur front est dispersé en 1973. Tout près se trouve la cuisine, l’atelier de menuiserie, et un élevage de poulets et de lapins. Débarrassées d'une forme de tutelle, les troupes khmères rouges organisent des manifestations antivietnamiennes, démantèlent les groupes Khmers rumdo (« Khmers de libération ») qui soutiennent un retour au pouvoir de Norodom Sihanouk et « purgent » leurs … Le 28 octobre 1978, Chum Mey est incarcéré dans une cellule individuelle sans autre forme de procès. Seules six ou sept personnes survivent à S-21, sauvés par leurs talents, tels que la sculpture ou la peinture. Pour l'Angkar, les citadins sont des « exploiteurs » et ont eu une vie « facile » alors que les paysans souffraient de la guerre. De 1975 à 1979, dans l’ex-école de Tuol Sleng, la machine de la mort khmer rouge a tourné à plein. Il prie les gardes de s’occuper de sa famille, il prend des coups en échange et des insultes : « Connard ! Entre 1975 et 1979, les méthodes de Pol Pot ont marqué au fer rouge l'esprit et le cœur d'une population qui a perdu un quart des siens. The witness, Keo Chan Dara, was one of the prisoners at the Kraing Tachan security center, where an estimated 15,000 people were killed. De 1975 à 1979, il dirigeait le centre de torture … Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Dans un premier temps, les évacués sont relativement libres de choisir dans quel village ils s'installent, sous réserve de l'accord du chef de la localité : l'appareil Khmer rouge est, en 1975, encore trop faible pour gérer l'énorme flux des citadins. A witness at the Khmer Rouge tribunal gave gruesome testimony at the UN-backed court on Monday, describing in detail the torture methods used by regime cadre at a security center in Takeo province. A cet instant précis, le témoin n’avait besoin que de compassion, d’empathie et d’un silence respectueux de sa douleur viscérale. Respect pour ce grand Monsieur et je lui souhaites que du bonheur pour la suite. Les crimes perpétrés par le Kampuchéa démocratique sont souvent désignés dans leur ensemble sous le nom de « génocide cambodgien », du fait de l'ampleur des massacres. Le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale évalue le nombre de morts à environ 1,7 million[61], soit 21 % de la population cambodgienne de l'époque. Les crimes du régime khmer rouge couvrent l'ensemble des meurtres, massacres, exécutions et persécutions ethniques, religieuses ou politiques commis par ce mouvement communiste radical, lorsqu’il contrôla le Cambodge de 1975 à 1979. C’est la raison pour laquelle lorsque je l’ai vu pleurer à Tuol Sleng, je lui ai dit cela. Blog sur les procès des Khmers rouges Duch, Khieu Samphan, Ieng Sary, Nuon Chea, Ieng Thirith. – Est-ce que vous pouvez nous montrer cet ongle qui est déformé ? À partir de 1978, les Khmers rouges se mettent à massacrer systématiquement des communautés chams, même en l'absence de rébellion. C’était la première fois de ma vie que je m’étendais ainsi à même le sol. The term Khmers rouges, French for red Khmers, was coined by King Norodom Sihanouk: 100 and later adopted by English speakers (in the form of the corrupted version Khmer Rouge). « J’ai joint les mains. Quel jour ? The Khmer Rouge‘s chief jailer, who admitted overseeing the torture and killings of as many as 16,000 Cambodians while running the regime’s most notorious prison, has died. Mais la blessure morale, psychologique, est la plus douloureuse, assure le témoin-partie civile. Le régime khmer rouge est chassé de Phnom Penh au début de 1979 par l'invasion vietnamienne du Cambodge. La crémation des morts est remplacée par l'ensevelissement des cadavres, sans aucun rite funéraire, au mépris de toutes les traditions khmères. Les structures sociales cambodgiennes traditionnelles sont détruites : les parents se voient retirer l'autorité sur leurs enfants, et les maris sur leurs épouses. Des régions entières souffrent de famine, et des cas de cannibalisme sont observés[41]. – Oui, l’ongle a été complètement arraché. Avant d’être un lieu de torture utilisé par les Khmers Rouges, S21 était un lycée. L'ensemble des crimes commis par les Khmers rouges est souvent présenté comme un génocide. Dans un des camps, fondé en 1971 ou 1972, mauvais traitements et maladies déciment bientôt la plupart des détenus, et la totalité des enfants ; de nombreuses exécutions — jusqu'à trente par jour — visent également les prisonniers[10]. » Depuis trois mois que le procès a commencé, il ne peut retenir ses larmes en entendant les mots « Tuol Sleng ». Dans le même temps, la cueillette de fruits est qualifiée de vol de la propriété collective et punie de mort ou d'emprisonnement[42],[43]. Le décès en camp de travail de Mgr Joseph Chhmar Salas, vicaire apostolique de Phnom Penh avec d'autre prêtres cambodgiens en est un symbole fort[52]. Malgré son renversement, le mouvement khmer rouge bénéficie du soutien d'un ensemble hétéroclite d'États (la République populaire de Chine, mais aussi, entre autres, la Thaïlande et les États-Unis) ayant chacun des raisons de vouloir gêner le Viêt Nam et son protecteur soviétique. En avril 1975, lorsque les Khmers rouges prennent Phnom Penh, Chum Mey est expulsé comme le reste de la population citadine. Leur procès s'est ouvert le 27 juin 2011[69]. The Khmer Rouge seized power in 1975 and immediately attempted a radical transformation of Cambodia into a peasant society, emptying cities and forcing the … Le comportement individuel est soumis à des règles strictes, les démonstrations d'affection et de colère étant interdites. Plusieurs secteurs de la Zone Nord-Est, notamment les cadres rebelles d'ethnie lao, sont purgés avec la même brutalité en 1973[16]. Les transports se font souvent à pied, au mieux en charrette ou dans des trains bondés et extrêmement lents. Pour Ben Kiernan, c'est une véritable « obsession raciale » qui a sous-tendu le projet politique de Pol Pot[56]. Progressivement, des repas communautaires obligatoires sont instaurés dans les coopératives agricoles, ainsi que des restrictions rigoureuses sur la vie de famille. Pour Margolin, les Vietnamiens peuvent être considérées comme ayant subi des persécutions raciales, mais la foi islamique des Chams semble avoir surtout été persécutée non pas en tant que telle, mais du fait de ses vertus de résistance. De nombreux temples sont victimes de vandalisme, bien que davantage de lieux de culte que prévu semblent avoir survécu au régime Khmer rouge[49]. Les questions du président de la cour à ce sujet furent insoutenables, autant que l’absence de réaction dans le public. Marek Sliwinski avance les chiffres de 37,5 % pour les Vietnamiens, et 38,4 % pour les Chinois[53]. Les tortures et les exécutions qui ont eu lieu à Tuol Sleng ont été régulièrement enregistrées et photographiées, et lorsque les Khmers rouges ont été chassés du pouvoir en 1979, les milliers de documents et de négatifs de films laissés à la prison sont devenus la preuve des atrocités du régime. Une bibliographie/filmographie plus exhaustive des ouvrages sur le sujet est disponible dans un article séparé. Pol Pot définit un plan comprenant l'évacuation de la population de toutes les villes, la sécularisation de tous les moines bouddhistes et leur mise au travail dans les rizières, l'exécution de tous les dirigeants du régime de la République khmère et l'expulsion de la minorité vietnamienne du Cambodge. Les ex-urbains sont ainsi privés de toute possibilité de s'implanter dans leur premier lieu d'affectation et de tisser des liens avec les communautés rurales ; souvent, ils doivent partir une seconde fois sans pouvoir emporter les biens qui leur restent, ni récolter ce qu'ils avaient semé durant les mois précédents. A ce moment-là je ne savais pas ce que c’était, s’énerve Chum Mey. Les communistes cambodgiens du Parti révolutionnaire du peuple du Kampuchéa, eux-mêmes composés pour partie d'anciens khmers rouges, sont ainsi les premiers à utiliser le terme de « génocide » pour qualifier les actes du régime de Pol Pot, dont ils souhaitent avant tout se démarquer. Quand le juge Jean-Marc Lavergne demande combien de personnes travaillaient avec lui dans cet atelier, Chum Mey cite d’emblée les noms de ses compagnons d’infortune. Quatre autres procès pourraient suivre. Durant la guerre civile cambodgienne, les Khmers rouges prennent progressivement le contrôle du territoire cambodgien et, avant même leur victoire finale, appliquent des mesures radicales à leurs ennemis réels ou supposés. J’étais battu avec une canne de l’épaisseur d’un pouce et quand la canne cassait, ils en prenaient une autre. Le nombre total de victimes du Kampuchéa démocratique reste sujet à débat, et ne peut être calculé que par déductions et estimations à partir des données démographiques existantes. Les Khmers Krom subissent un sort à part : entre 1975 et 1977, ils semblent avoir fait l'objet de massacres ciblés uniquement dans la Zone Sud-Ouest, mais leur répression s'étend après 1977, le Kampuchéa démocratique précisant ses revendications territoriales sur l’ex Cochinchine. La purge est en marche, orchestrée par le sanguinaire Pol Pot. En tant que prison du comité central, S-21 accueille tout particulièrement les anciens cadres khmers rouges disgraciés : entre 14 000 et 20 000 personnes environ, dont quelque 1 200 enfants, y trouvent la mort, avec parfois plusieurs centaines d'exécutions par jour[57]. En août 2014, tous deux ont été condamnés à la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité ; ils ont fait appel du jugement[71]. – Est-ce que vous pouvez nous décrire plus en détail la manière dont on vous a arraché les ongles ? En 1954, à la fin de la guerre d’Indochine, alors que la plupart des militants communistes se réfugiaient au Viêt Nam du Nord, un certain nombre d’entre eux décident de résister au régime du Prince Sihanouk. Le tribunal estime que « le crime de génocide était établi » selon le droit international car le programme des Khmers rouges visait à « établir une société athée et homogène (en) supprimant toutes les différences ethniques, nationales, religieuses, raciales, de classe et culturelles ». Pol Pot et les Khmers rouges étaient soutenus depuis longtemps par le Parti communiste chinois (PCC) et Mao Zedong lui-même[2],[3],[4]. « Ils m’ont expliqué que c’est la colère et le traumatisme qui génèrent ces larmes. Rithy Panh: «L’histoire des Khmers rouges ne s’arrête pas avec la mort de Douch» FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le tortionnaire du régime khmer rouge, … Mais personne ne les relève. Une grande partie de ces pénuries sont provoquées par l'incompétence de l'administration khmère rouge, mais certaines sont sciemment provoquées ou utilisées par le régime comme moyen de pression sur la population. « Vous avez dit que vous attendiez ces mots depuis près de trente ans. Copieusement insulté (« A’ceci, A’cela », soit « méprisable ceci, méprisable cela »), il subit différentes techniques de torture dont la plus courante est le passage à tabac. Nuon Chea souligne pour sa part la nécessité, pour construire le « socialisme », de « débusquer » les agents internes de l'ennemi et de « rendre les gens purs », quitte à les tuer s'ils échouent à suivre la ligne définie[31]. Après dix jours, les interrogateurs passent à la méthode des décharges électriques en branchant les fils sur le courant et entre autres dans l’oreille de la victime. Un tribunal international parrainé par l'ONU a été mis en place dans les années 2000 pour juger les crimes des Khmers rouges, mais les procédures n'ont visé que quelques personnes et, du fait de la lenteur des procédures, plusieurs accusés sont morts avant qu'un verdict puisse être rendu. Il a également réparé les machines à écrire. Pol Pot fait ainsi tuer une partie des anciens Khmers issarak venus rejoindre l'insurrection et jugés trop proches du Nord Viêt Nam[14]. Ça fait quatre. Autre vestige de la colonisation Française, les Francophones ou Cambodgiens qui parlaient le Français en seconde langue, sont décimés. Jean-Louis Margolin souligne en 1997 que la difficulté dans l'emploi du terme génocide vient de ce que la plupart des victimes étaient elles-mêmes des Khmers, les minorités ethniques n'ayant représenté qu'une part limitée des victimes. La hiérarchie du clergé bouddhiste cambodgien, accusée de « féodalisme » ou de liens avec le régime de Lon Nol, est rapidement victime de purges et plusieurs vénérables sont exécutés.